REALISATIONS
PARTENAIRES
LIENS UTILES
 
 
 
Perspectives
 
Des obstacles à surmonter mais un horizon prometteur
La décennie qui vient de s’écouler a permis d’identifier les facteurs de blocage des performances de l’Agence en particulier et du secteur du BTP en général.
La problématique de la formation se pose tous les jours avec de plus en plus d’acuité ; en effet, le système éducatif a été au cours de ces dernières années peu performant, pour ne pas dire défaillant. Les entreprises et les bureaux d’études n’ont pas toujours les moyens financiers, ni les ressources humaines suffisantes pour intégrer la formation continue dans le management de leurs sociétés. Trop souvent, et à tous les niveaux, les lacunes de la formation se font sentir, tant sur le chantier que dans le management, au sein du BTP. Dans ce contexte, comment obtenir la meilleure qualité au moindre coût dans les délais fixés ? La formation est une œuvre de longue haleine, nécessitant patience, volonté et dans une moindre mesure les moyens financiers. Assurément, pour l’obtention de la qualité tant recherchée par le maître d’ouvrage et le bénéficiaire, les intervenants du secteur (maître d’ouvrage délégué, maître d’œuvre et entrepreneur…) devront s’atteler à mettre les ressources humaines au centre de leur gestion.
L’enclavement du Nord est une réalité malienne, et les nombreux efforts de l’Etat depuis des années (création de l’ADIN, de l’ANICT, construction de routes…) témoignent de la nécessité de faciliter l’accès aux zones du Nord du Mali. Les conséquences de cette situation sont multiples : un faible engouement des entreprises et bureaux d’études pour intervenir dans ces zones, le coût relativement élevé des travaux et des prestations effectués eu égard aux coûts d’approvisionnement et au facteur d’éloignement. Comment faire en sorte que le Nord ne soit plus l’exception malienne en matière de BTP ? Nous serions tentés de dire, des routes, des routes, des routes …encore des routes.
Il existe une contradiction interne au sein des acteurs du BTP quasi structurelle. Comme le salarié ayant toujours pour but d’accroître son salaire et l’employeur ayant pour objectif de maximiser son profit et donc de réduire les charges y compris salariales, les prestataires de services au sein du BTP cherchent à réduire leurs coûts (financiers, humains et techniques) tandis que le maître d’ouvrage a pour objectif l’obtention de la meilleure qualité au meilleur prix. Les objectifs visés par les uns et les autres ne vont évidemment pas toujours dans le même sens. Comment concilier des intérêts apparemmment et parfois fondamentalement contradictoires ?
Les entreprises et les bureaux d’études ont fleuri au cours de ces dernières années… La politique de promotion du secteur privé et le nouvel environnement économique ont favorisé cette multiplicité. Si cette situation favorise l’emploi et la concurrence au sein du secteur (meilleure qualité et meilleurs coûts) à long terme, elle comporte ausssi des effets " secondaires " à court terme. En effet, la qualité de l’offre des prestataires se dégrade pour certains marchés, les prestataires offrent des prix qui ne leur permettent pas de réaliser le contrat mais leur permet d’être adjudicataires. Cette situation a un effet sur les délais de réalisation et sur la qualité des ouvrages. Comment concilier la mise en œuvre de critères de sélection pour l’entrée dans le secteur et la promotion de l’entrepreneuriat et la création d’emplois ? N’est il pas plus profitable pour le secteur de disposer d’un nombre limité de prestataires de qualité plutôt que d’une multitude de prestataires de qualité diverses ?
Le rôle du mâitre d’ouvrage délégué est souvent mal perçu ou mal compris. Il joue le rôle de tampon entre le maitre d’ouvrage et les prestataires. Pour le cas spécifique de l’Agetipe, la méconnaissance de son rôle et de ses procédures par les partenaires est souvent source de frustrations, voire de conflits. Comment faire en sorte de déterminer clairement le rôle de chaque intervenant dans la réalisation d’un ouvrage ? La part croissante du volet communication de l’Agence vise à mieux faire connaître et comprendre l’Agence.
Le secteur du BTP a encore de beaux jours devant lui, notre pays reste encore à construire. L’Agetipe a été/est partie intégrante de presque tous les grands chantiers du développement :
- L’Education avec la réalisation d’infrastructures scolaires prévues partout au Mali dans le Programme d’Investissement Sectoriel pour l’Education (PISE).
- Les infrastructures avec la réalisation de voiries dans la plupart des capitales régionales dans le cadre du Projet Développement Urbain et Décentralisation (PDUD), la réalisation des travaux de rénovation des aérogares passagers et de la construction de l’aérogare fret de l’aéroport international Bamako Senou, la réalisation de la route du poisson (Bandiagara, Koro, Frontière du Burkina), les voies de raccordement dans les régions de Segou, Mopti et Sikasso, la réalisation de la route de Garantiguibougou à Kalabancoura, etc..
-Le développement institutionnel avec la construction de grands bâtiment public (Palais de la Cour Constitutionnelle, Gouvernorat du District de Bamako, Direction Nationale du Trésor et de la Comptabilité Publique, Inspection des Finances, Centre de Formation pour le Développement etc …
- La Santé avec les nombreux centres de santé réalisés avec le fonds de Solidarité National ou dans le cadre du Prodess.
En ce début de millénaire, l’expertise accumulée de l’Agence est significative aussi bien en terme de management, que dans la gestion des chantiers et la connaissance des intervenants du secteur.
En cette ère de maturité, au delà de la consolidation des acquis, notre objectif principal demeure la qualité du travail accompli avec comme principale finalité la satisfaction des maîtres d’ouvrages. Une qualité qui s’insère dans un ensemble systémique, qui dépend de chacun des agents de l’Agence d’abord, des intervenants du secteur, des maîtres d’ouvrage et des bénéficiaires.
La part de plus en plus prépondérante de l’Etat dans le travail confié à l’Agetipe démontre la confiance croissante dans les modes de gestion caractérisant l’Agence par les maîtres d’ouvrages. Le temps est à l’efficacité, à la diligence et à l’économie pour la construction du Mali et à cet effet, l’Agetipe se place incontestablement en tête de file.
 

 

 
 
 

© 2009 AGENCE D’EXECUTION DES TRAVAUX D’INTERET PUBLIC POUR L’EMPLOI

Réalisation : AFRIBONE MALI